A l’occasion de la Journée Internationale de la Femme, le 8 mars, les chaînes de télévision nous ont concocté une programmation thématique intéressante en mettant à l’honneur les dignes représentantes de notre sexe dans tous les domaines. Et l’art n’a pas été oublié avec deux programmes dédiés aux femmes artistes : le téléfilm « Berthe Morisot » sur France 3 et le documentaire « Artistes femmes, à la force du pinceau » sur Arte.

Tourné en 2012, le téléfilm de France 3, porté par l’actrice Marine Delterme, est une rediffusion. L’intrigue se concentre entre 1865 et 1872, période charnière pour Berthe Morisot (1841-1895) qui passe du statut de peintre amateur à celui de professionnelle. C’est aussi l’époque à laquelle l’artiste rencontre Edouard Manet (1832-1883) qui aura, sur sa vie et sa peinture, une influence décisive. Face aux deux actrices, Malik Zidi, qui campe un Manet faible et hésitant n’est pas convaincant. La directrice de la photographie, également réalisatrice, Caroline Champetier montre en effet une femme extrêmement déterminée, dont la vie est entièrement consacrée à l’art, contrairement à sa soeur Edma (Alice Butaud) qui choisit la vie de famille. On y comprend l’importance au XIXème siècle de la formation (auprès d’un professeur célèbre comme Corot, et par les copies au musée du Louvre), de l’exposition au Salon et des marchands d’art pour accéder à la reconnaissance. 

La vie romanesque de Berthe Morisot a déjà fait l’objet de plusieurs adaptations, essentiellement écrites, par exemple dans With Violets d’Elisabeth Howard ou le plus récent ouvrage de Sophie Chauveau, Manet, le secret, où la relation entre Morisot et Manet devient passionnelle. Le téléfilm diffusé sur France 3 a le bon goût de ne pas aller aussi loin et suggère seulement le désir entre les deux peintres, entre le peintre et son modèle. A ce sujet, les scènes où Berthe Morisot pose pour Manet sont, avec les costumes, une des grandes réussites du téléfilm. Le jeu des silences et des plans-séquences donne au film une vraie poésie : bel hommage à la peinture.

Marine Delterme, Berthe Morisot

Berthe Morisot est justement l’une des figures féminines dont le parcours et l’influence sont évoqués dans le documentaire que nous a proposé ARTE. Diffusé pour la première fois dimanche 8 mars, ce film réalisée par une femme – Manuelle Blanc – montre comment les femmes artistes ont lutté pendant des siècles pour accéder à la même reconnaissance que leurs collègues masculins, malgré leur indéniable talent. La réalisatrice nous invite à une vraie relecture de l’histoire de l’art, de la Renaissance au début du XXème siècle.

On retrouve celles qui, avant Berthe Morisot, se sont le plus distinguées : Sofonisba Anguissola (1532-1625), Artemisia Gentileschi (1593-1653), Rosalba Carriera (1673-1757), Angelica Kauffmann (1741-1807), Elisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842) et Adélaïde Labille-Guiard (1749-1803). Les transitions sont fluides et agréables, les commentaires intelligents. Ce sont en effet quatre historiens de l’art spécialistes de la question des genres dans l’art qui commentent chacune des périodes historiques présentées : Marie Jo Bonnet, Charlotte Foucher Zarmanian, Anne Lafont et François Coulon, conservateur au Musée des Beaux-Arts de Rennes. Le film documentaire conclut sur les avancées faites depuis le début du XXème siècle dans l’histoire de l’art, mais reconnaît l’immense travail qu’il reste à faire pour redécouvrir ces figures féminines qui furent trop longtemps dans l’ombre des hommes. Un champ que nous nous employons, ici aussi, à explorer.

M.D.

  • Berthe Morisot, réalisé par Caroline Champetier. Avec Marine Delterme, Alice Butaud, Malik Zidi, Bérangère Bonvoisin (France, 2012, 100 minutes). Diffusé Samedi 7 mars, à 23 h sur France 3. Disponible en replay.
  • Artistes femmes, à la force du pinceau, réalisé par Manuelle Blanc, 2015 (ARTE, 53 minutes). Diffusé Dimanche 8 mars à 17h35. Disponible en replay.