Skip to Content

Peintres méconnus du XIXème siècle : une autre histoire de l'art
post

Philip Alexius de László (1869-1937), le portraitiste des rois

Bien que son nom nous soit aujourd’hui quasiment inconnu, nous avons tous certainement croisé, dans des palais ou des livres d’histoire, les portraits de Philip Alexius de Laszlo (1869-1937). Issu d’un milieu modeste, ce Hongrois s’est imposé comme le portraitiste des monarques et de l’aristocratie européenne à la fin du XIXème siècle. Travailleur acharné, il a peint près de 3000 portraits au cours de sa longue carrière, faisant de lui le témoin d’une époque et d’un style de vie en déclin.

Lire la suite »

post

Henri Lehmann, dans l’ombre des génies romantiques

Christophe Bigot, Les Premiers de leur siècle Paris, Editions La Martinière, 2015

« Comme les peuples heureux et les femmes honnêtes, nous n’avons pas d’histoire. » C’est par cet extrait d’une lettre écrite par Henri Lehmann (1814-1882) à son ami Amaury-Duval que se clôt le livre de Christophe Bigot, paru cette année aux éditions La Martinière. Touché par l’histoire de ce peintre aujourd’hui méconnu, l’auteur a imaginé ses mémoires, largement inspirées de la correspondance entre Marie d’Agoult (1805-1876), Henri Lehmann et Franz Liszt (1811-1885) (Une correspondance romantique, Flammarion, 1947).

Lire la suite »

post

Le Fils prodigue de James Tissot (1836-1902) au musée d’Orsay

Depuis quelques mois, le musée d’Orsay expose un des chefs d’oeuvre du musée des Beaux-Arts de Nantes actuellement fermé pour travaux : La Parabole du Fils prodigue par James Tissot (1836-1902). Cet ensemble de quatre peintures, fut légué par l’artiste au musée du Luxembourg avant d’être déposé en 1914 dans sa ville natale. Présentées à proximité des autres oeuvres du peintre moderne, dont Le Cercle de la rue Royale (1868), ces peintures annoncent la phase mystique que connut Tissot vers la fin de sa vie.  Lire la suite »

post

Salon du dessin 2015 : mes 5 coups de coeur

Devenu en quelques années un des événements artistiques incontournables du printemps, le Salon du dessin logé dans le Palais Brongniart a ouvert ses portes à des centaines de curieux ce mercredi 25 mars. Cette année, 39 galeries françaises et étrangères y exposent leurs plus belles feuilles. Et il y en a pour tous les goûts, du XVIIème siècle à la période contemporaine. Sans surprise, ce sont les dessins du XIXème siècle qui ont retenu mon attention, et je souhaite ici partager avec vous mes cinq coups de coeur de l’édition 2015. La sélection n’a pas été facile étant donnée la grande qualité et la rareté des oeuvres exposées.  Lire la suite »