Skip to Content

tag

Tag Archives: peinture académique

post

Le Train bleu, un délice (aussi) pour les yeux

En septembre dernier, le Train Bleu, restaurant mythique de la Gare de Lyon à Paris, a rouvert ses portes après plusieurs mois de travaux de rénovation1. J’ai eu la chance de faire la visite de ce lieu classé au titre des monuments historiques à l’occasion des Journées européennes du patrimoine et suis restée éblouie par l’abondance du décor et des peintures qu’il recèle. Inauguré le 7 avril 1901 par le président Emile Loubet sous son nom d’origine « Le Buffet de la gare de Lyon », le restaurant offre aux regards curieux un véritable panorama de la peinture académique des années 1900. Lire la suite »

post

William Bouguereau (1825-1905), le peintre mal-aimé

Didier Jung, William Bouguereau, Le peintre roi de la Belle Epoque
Editions Le Croît Vif, 2014

William Bouguereau (1805 -1905) n’est a priori pas un sujet de livre qui fait vendre. Le peintre rochelais est en effet un quasi-inconnu pour le public français, malgré un début de réhabilitation – notamment avec la création en 2010 d’une salle consacrée à Bouguereau au Musée d’Orsay. Ce n’est pas non plus un personnage romanesque à la vie sulfureuse, un héros torturé comme on peut en rencontrer dans l’histoire de l’art. Non, William Bouguereau est fidèle à lui-même, un peintre académique et bourgeois qui a mené une carrière artistique remplie d’honneurs officiels. Tout au plus peut on s’interroger sur certaines rumeurs de débauche et de pédophilie qui ont couru sur lui, en référence à ses tableaux remplis de bambins et de femmes dénudées. Lire la suite »

post

William Bouguereau sur le devant de la scène

Pour l’affiche de sa prochaine production, Tosca de Puccini, l’Opéra national de Paris a choisi la peinture de William Bouguereau (1825-1905), les Oréades. Les usagers du métro parisien se trouvent ainsi face à des dizaines de jeunes femmes nues s’égayant dans des poses toutes plus improbables les unes que les autres devant trois satyres qui se « rincent l’oeil ». Etonnante débauche de sensualité pour ce grand classique de l’opéra dont le thème central est pourtant la passion.  Lire la suite »