Skip to Content

tag

Tag Archives: huile sur toile

post

William Bouguereau sur le devant de la scène

Pour l’affiche de sa prochaine production, Tosca de Puccini, l’Opéra national de Paris a choisi la peinture de William Bouguereau (1825-1905), les Oréades. Les usagers du métro parisien se trouvent ainsi face à des dizaines de jeunes femmes nues s’égayant dans des poses toutes plus improbables les unes que les autres devant trois satyres qui se « rincent l’oeil ». Etonnante débauche de sensualité pour ce grand classique de l’opéra dont le thème central est pourtant la passion.  Lire la suite »

post

Le rêve d’une société idéale

Depuis quelques semaines, le Musée d’Orsay expose une peinture de très grand format de l’artiste marseillais Dominique Papety (1815-1849). Après une restauration par le C2RMF, Rêve de Bonheur, propriété du musée Antoine Vivenel de Compiègne, sera visible sur les cimaises du grand musée parisien, pour une durée de 5 ans (salle 7). Occasion pour le public de s’intéresser à la signification de ce tableau considéré comme le chef d’oeuvre de ce peintre méconnu. Image popularisée au XIXème siècle par la gravure de Jazet, l’oeuvre est véritablement redécouverte aujourd’hui. Lire la suite »

post

Jane Henriot (1878-1900), une étoile filante

Lors des Journées européennes du patrimoine, j’ai eu la chance de faire une visite commentée d’un lieu sacré pour tous les amoureux de théâtre, la Comédie française. On le sait moins, l’institution possède des centaines d’oeuvres, essentiellement des peintures et sculptures, représentant les comédiens et dramaturges qui l’ont fréquentée. C’est donc à une extraordinaire galerie de portraits qu’on est confronté lorsque l’on découvre les coulisses de la salle de spectacle. Ce fut pour moi l’occasion de retrouver une peinture qui m’avait beaucoup émue, en particulier pour l’histoire de la comédienne qu’elle représente. Il s’agit du portrait de Mlle Jane Henriot peint par Carolus-Duran (1837-1917) en 1900.

Lire la suite »

post

Bohémienne ou courtisane ?

Voilà une peinture que j’avais déjà eu l’occasion de croiser dans le cadre de l’exposition « Bohèmes » au Grand Palais et au musée des Beaux-Arts de Nantes, son musée d’origine. Dans la scénographie sobre et efficace de l’exposition que le musée des Beaux-Arts de Rouen consacre au mythe des cathédrales entre 1789 et 1914, la Esmeralda de Charles Steuben (1788-1856) a quelque chose d’envoûtant. Regardons-la de plus près…

Lire la suite »