Skip to Content

Peintres méconnus du XIXème siècle : une autre histoire de l'art
post

Le rêve d’une société idéale

Depuis quelques semaines, le Musée d’Orsay expose une peinture de très grand format de l’artiste marseillais Dominique Papety (1815-1849). Après une restauration par le C2RMF, Rêve de Bonheur, propriété du musée Antoine Vivenel de Compiègne, sera visible sur les cimaises du grand musée parisien, pour une durée de 5 ans (salle 7). Occasion pour le public de s’intéresser à la signification de ce tableau considéré comme le chef d’oeuvre de ce peintre méconnu. Image popularisée au XIXème siècle par la gravure de Jazet, l’oeuvre est véritablement redécouverte aujourd’hui. Lire la suite »

post

Constance Charpentier (1767–1849) – par Gildas Dacre-Wright

Constance Charpentier, Julie Constance Charpentier, Huile sur toile, 81,3 x 65,5 cm (détail), Coll. part  © cl. auteur

 

Constance Marie Blondelu, qui deviendra par mariage Constance Marie Charpentier, est née à Paris le 4 avril 1767 et y est décédée, à 82 ans, le 2 août 1849. Sa passion fut la peinture mais la vie ne lui épargna ni les émotions sous la Révolution, ni les peines dans sa vie familiale.

Peintre avant tout, elle exposa au Salon une soixantaine de tableaux de 1795 à 1819. Un « prix d’encouragement » lui fut attribué en 1799 pour « La veuve d’une journée » et «La veuve d’une année », scènes de genre très « parlantes » pour le public de l’époque malheureusement trop habitué à la disparition de jeunes hommes au combat et au désespoir en résultant pour leurs jeunes épouses suivi, une année ayant passée, de leur joyeuse consolation [1]. Son tableau « La Mélancolie », exposé au Salon de 1801, fut acheté par l’Etat pour 1580 francs. Cette jeune femme rêveuse sur fond de saule pleureur exprimait bien le romantisme naissant en ce début du XIX° siècle ; il se trouve aujourd’hui au musée d’Amiens [2]. Constance Charpentier reçut une médaille d’or à l’issue du Salon de 1814 où il fut reconnu qu’elle s’était particulièrement distinguée [3].

Mais ces manifestations publiques de l’estime en laquelle la tenaient ses contemporains ne peuvent masquer les difficultés qui firent de sa vie de femme tout sauf un fleuve tranquille.

Lire la suite »

post

Jane Henriot (1878-1900), une étoile filante

Lors des Journées européennes du patrimoine, j’ai eu la chance de faire une visite commentée d’un lieu sacré pour tous les amoureux de théâtre, la Comédie française. On le sait moins, l’institution possède des centaines d’oeuvres, essentiellement des peintures et sculptures, représentant les comédiens et dramaturges qui l’ont fréquentée. C’est donc à une extraordinaire galerie de portraits qu’on est confronté lorsque l’on découvre les coulisses de la salle de spectacle. Ce fut pour moi l’occasion de retrouver une peinture qui m’avait beaucoup émue, en particulier pour l’histoire de la comédienne qu’elle représente. Il s’agit du portrait de Mlle Jane Henriot peint par Carolus-Duran (1837-1917) en 1900.

Lire la suite »

post

La peinture en partage

Denise Delouche, Elodie La Villette & Caroline Espinet, soeurs et peintres
Catalogue de l’exposition présentée au Musée de Morlaix du 14 juin au 31 octobre 2014

S’intéressant aux artistes de la région, le musée de Morlaix a consacré cet été une exposition à deux femmes peintres du XIXème siècle, Elodie La Villette (1842-1917) et Caroline Espinet (1844-1912). Comme leur nom de femmes mariées ne le laisse pas supposer, il s’agit de deux soeurs, deux artistes attachées à la région mais ayant connu des destins différents. Tandis que la première a fait carrière obtenant un certain succès de son vivant, la cadette est restée plus discrète. Cette exposition est l’occasion de redécouvrir ces deux peintres, même si une rétrospective avait déjà été présentée à Lorient en 1994. Le catalogue largement illustré, réalisé sous la direction scientifique de l’historienne de l’art spécialiste de la Bretagne Denise Delouche, permet d’avoir un assez bon aperçu des oeuvres présentées. Il s’organise en quatre grandes parties : les carrières, les lieux et les thèmes, les styles, les deux soeurs et les autres.

Lire la suite »