Je reviens de Normandie où j’ai eu la chance de visiter en avant-première l’exposition rétrospective consacrée à Léon Riesener dans le cadre du festival Normandie Impressionniste 2010. Eh oui ! Elle commence enfin, cette exposition annoncée sur ce blog il y a déjà plusieurs mois. Un peu inquiète du résultat en raison du peu de temps de préparation de l’évènement, je dois dire que j’ai été agréablement surprise du bel hommage rendu à un artiste qui ne fut ni tout à fait romantique, ni impressionniste, mais qui «marcha simplement droit devant lui».

L’esprit de Riesener, sa personnalité, son environnement sont bien là, dans les salles d’exposition du Musée d’Art et d’Histoire de Lisieux. Malgré l’exigüité de ce lieu au demeurant plein de charme, les oeuvres sont globalement bien mises en valeur dans les 5 salles du musée. Elles s’organisent autour de plusieurs grandes thématiques : les origines et la famille de Léon Riesener, le cercle des amis, les travaux réguliers, les commandes prestigieuses, les Salons, les recherches personnelles et la postérité. Quelle émotion de se trouver face à des oeuvres conservées dans les réserves des musées et encore jamais exposées (notamment le Portrait de His de Butenval et celui de Clément Girard), mais aussi de (re)découvrir des peintures que je croyais perdues il y a peu de temps (la Paysanne sortant de la messe à Frépillon, l’Attelage des environs du Mans) ! Moi qui croyais connaître presque tout de cet artiste, j’ai pourtant eu plusieurs belles surprises…

Je dois dire encore un mot du catalogue qui, enfin, (et en couleurs!) fait la synthèse des connaissances actuelles sur la vie de Léon Riesener et son oeuvre. La partie consacrée aux commandes de Léon Riesener manquait jusqu’à aujourd’hui et permet d’avoir une vision assez complète des productions de notre artiste. Je ne suis pas peu fière d’y avoir participé (deux articles dont je ferai un résumé dans ces pages très bientôt).

Heureuse de voir que, par cette exposition, l’oeuvre de Riesener va enfin pouvoir être diffusé auprès du grand public, je n’ai pu m’empêcher d’avoir un petit pincement au coeur en quittant Lisieux. En entendant élus et visiteurs parler de Riesener comme d’un personnage presque familier, j’ai eu quelque part le sentiment qu’on m’avait pris mon sujet, qu’on m’avait volé MON Riesener. Réaction idiote, je vous l’accorde, mais pas totalement illogique quand on sait que ce personnage occupe une bonne partie de mon temps libre depuis environ cinq ans… Sentiment vite oublié car notre histoire n’est pas finie et cette exposition, plutôt que de clore le sujet, ouvre plein de nouvelles portes et de nouveaux sujets de recherches. Elle permet surtout de faire connaître un artiste qui le mérite vraiment ! Si Riesener imaginait dans son testament de pouvoir un jour être exposé à coté de son père et de son grand-père au Musée du Louvre, je pense qu’il aurait été touché de cet hommage, dans la Normandie qu’il aimait tant.

M.D.

Exposition Léon Riesener, du Romantisme à l’Impressionnisme
Présentée du 12 juin au 18 octobre 2010

Musée d’art et d’histoire de Lisieux
Tous les jours (sauf le mardi) de 10h à 12h30 et de 14h à 18H

Article initialement publié sur www.leon-riesener.fr