Hier, j’ai rendu visite à un artiste, j’ai découvert son environnement familial et les étapes de son travail à travers ses tableaux inachevés. Eh oui, Gustave Moreau a beau être décédé en 1898, sa maison du 14 rue de la Rochefoucault n’a pas bougé depuis cette époque.

On retrouve au Musée national Gustave Moreau l’atmosphère du XIXème siècle : les pièces étriquées chargées de bibelots et de souvenirs, les tableaux de famille, et l’atelier lumineux. L’artiste a créé ce lieu avec l’objectif d’en faire un musée pour donner «l’idée de ce (qu’il) était comme artiste et du milieu dans lequel (il se) plaisait à rêver» (un peu mégalo quand même !). Certes, la visite de la maison nous laisse un peu sur notre fin (les panneaux et cartels explicatifs sont quasi-inexistants) : finalement qui était Gustave Moreau ? Quelles furent ses influences ? Son rôle dans le mouvement symboliste ? Cette visite en appelle une autre, celle du Musée d’Orsay (c’est certainement pour ça d’ailleurs, qu’en sortant, on nous propose un tarif réduit pour une visite du Musée d’Orsay, pas bête :). Mais le lieu est bien à l’image de l’artiste : éclectique et mystérieux.

Des maisons-musées d’artistes, il en existe plusieurs à Paris : le Musée Delacroix, la Maison de Balzac, le Musée Victor Hugo, le Musée de la vie romantique (résidence et atelier de Ary Scheffer)… Malheureusement, ces lieux sont peu connus et peu fréquentés. Considérés comme très spécialisés, leur visite ne remplit pas une après-midi entière. Et pourtant…ces musées ont une âme, ce qui est rarement le cas des grands musées.

Et la maison de Léon Riesener, me direz-vous ? Dommage, aucune des principales résidences de Léon Riesener n’a subsisté jusqu’à aujourd’hui : sa grande maison du Cour la Reine (1, rue Bayard près des Champs Elysées) dont il avait dessiné les plans a été détruite au siècle dernier, celle de Houlgate fut bombardée pendant la seconde Guerre Mondiale et celle de Frépillon (résidence de campagne de ses parents, qui fera l’objet d’un prochain article) remplacée par une école il y a une vingtaine d’années. Pas de maison-musée Riesener donc, mais une partie des meubles et souvenirs de la famille, ainsi que de nombreuses oeuvres sont conservées au Château de St Germain de Livet (Calvados). C’est là qu’aura lieu cet été la grande rétrospective Léon Riesener organisée dans le cadre du festival Normandie Impressionniste. Inauguration le 11 juin 2010. Plus que quelques jours…

M.D.

Article initialement publié sur www.leon-riesener.fr